Rejoignez-nous sur
Facebook
Paiement sécurisé



ou Chèque Bancaire
Imprimez votre bon
de commande papier cliquez ici
Suivi de commande

NE FUMEZ PLUS,VAPOTEZ ...

 
Les composants du tabac, la nicotine notamment, créent chez les fumeurs une très forte dépendance. La cigarette représente ainsi un plaisir dont il est difficile de se passer.
Malheureusement, son prix connaît une succession de hausses qui ne sont pas prêtes de s'arrêter (une hausse moyenne d'environ 30 centimes par paquet a d'ores et déjà été annoncée par le Ministre du Budget pour le 1er Juillet 2013, faisant suite à celle, de l'ordre d'environ 40 centimes par paquet, appliquée depuis début Octobre 2012).
Il existe désormais une alternative beaucoup moins onéreuse qui procure à ses utilisateurs le même plaisir et des sentations identiques : la cigarette électronique (e-cigarette).
Très controversée, elle est le fruit de nombreuses réactions, vraies ou fausses, avérées ou supposées, tentons de mieux comprendre :

 


________________________________________________________________________________

Les sensations provoquées par la cigarette entrainent rapidement le fumeur vers une situation de dépendance. Cette dépendance est la perte du pouvoir de contrôle de la consommation vis-à-vis d'un produit, quand bien même on sait qu'il est néfaste pour la santé. Chaque cigarette fumée renforce cette addiction qui finit par enchaîner les fumeurs au tabac pour différentes raisons :
  • Le tabac devient une manière de communiquer et de créer des moments de convivialité.
  • Le fumeur n'a plus la volonté de résister à la nicotine, véritable drogue, et a besoin de maintenir un taux de nicotine constant. Fumer devient alors une véritable compulsion : le fumeur ne réussit plus à se contrôler face à cette addiction.
  • Fumer met également en jeu de nombreux gestes effectués selon les habitudes de chaque fumeur. La cigarette du matin, celle après le café, à la fin du repas du midi, au cours des pauses, pendant les diners entre amis, dans sa voiture, devant la télévision... Ces situations parviennent à calmer automatiquement les angoisses du fumeur qui ne parvient plus à les calmer sans fumer : le tabac devient peu à peu un antidote à l'angoisse. Lors du début de l'arrêt du tabac, la perte de ces gestes panique les fumeurs.
  • L'envie de fumer peut également être liée à un lieu dans lequel le fumeur ne peut pas résister à allumer immédiatement une cigarette.
  • Avoir son briquet, ses allumettes ou son paquet de cigarette proche de soi rassure le fumeur, créant ainsi des automatismes qui aggravent la dépendance.
  • La cigarette aide également à s'évader, travailler, écrire, peindre, sculpter, rêver..
  • Fumer est également pour certains fumeurs l'occasion de se retrouver seuls et tranquilles.
L'addiction au tabac se manifeste par trois types de dépendances :
  • La dépendance physique qui correspond aux sensations de manque;
  • La dépendance psychologique correspond à la recherche des effets de la nicotine (coupe faim, détente, plaisir, apaisement des angoisses, antidépresseur, stimulation...);
  • La dépendance comportementale correspond aux réflexes provoqués par la volonté de fumer dans certaines circonstances précises (avec le café, avec des amis...).
Dès le début du tabagisme, des récepteurs à la nicotine se multiplient dans certaines zones du cerveau. La dépendance survient dès que la quantité de nicotine diminue dans le sang. Dès que le taux de nicotine baisse, les récepteurs à la nicotine ont besoin de leur stimulant et le fumeur de prendre une cigarette. L'effet de la nicotine se produit très rapidement en moins de 8 secondes et dure environ 20 minutes à 45 minutes. Le taux rapidement élevé de la nicotine est à l'origine du plaisir de fumer et de la dépendance qui en découle. Chaque cigarette fumée augmente la dépendance qui rend les fumeurs accrocs au tabac. Énervement, besoin de manger, colère, apparaissent lorsque l'organisme n'absorbe pas suffisamment de nicotine et que son taux diminue. Fumer redevient alors indispensable pour combler le manque de nicotine des récepteurs.
 
En tant qu'alternative à la cigarette classique, la cigarette électronique (e-cigarette) peut représenter une solution particulièrement efficace et économique. En effet, elle permet au fumeur de ne pas rompre brutalement avec son addiction à la nicotine tout en conservant les mêmes sensations et habitudes.
Le liquide spécifique avec lequel elle fonctionne (e-liquide) est spécialement élaboré pour se transformer en vapeur ; vous ne fumez plus, vous "vapotez".
Le nombre de bouffées de vapeur que permet de produire un flacon de 10ml de e-liquide (dont le prix moyen est d'environ 5.90 €) équivaut au nombre de bouffées de fumée produites par environ 8 à 12 paquets de cigarettes (variable en fonction de la marque des cigarettes et du modèle de e-cigarette utilisé).
L'intérêt économique de l'utilisation de la cigarette électronique, quand bien même il convient d'ajouter les frais engendrés par l'acquisition du kit de démarrage, est donc parfaitement évident.
 
Exemple : en 6 mois, une persone fumant un paquet par jour aura consommé  3650 cigarettes pour un minimum de 1113.00 €. Dans le même temps, et pour une consommation équivalente, le vapoteur n'aura dépensé que 108.00 € de e-liquide !
 
La cigarette électronique, comment fonctionne-t-elle ?
La cigarette électronique se compose de plusieurs parties indépendantes :
  • à la base, une batterie rechargeable avec bouton marche-arrêt qui permet à la fois de mettre en veille votre cigarette et de transformer l'e-liquide en vapeur.
  • la base de l'atomiseur (système qui transforme le liquide en vapeur),
  • la tête de l'atomiseur, c'est la partie essentielle de votre e-cigarette : elle utilise l'énergie de la batterie pour chauffer le liquide et le transformer en vapeur,
  • la cartouche : c'est là que vous recharger votre cigarette avec le e-liquide de votre choix (plusieurs saveurs  et différents taux de nicotine).
Les e-liquides :
La cigarette électronique fonctionne avec un liquide spécifique (e-liquide) conçu, lorsqu'il est chauffé par la tête de l'atomiseur, pour se transformer en vapeur.
Il se compose de trois ingrédients principaux : un support, qui crée la vapeur, un arôme, qui lui donne son goût et une concentration variable en nicotine (il existe toutefois des e-liquides totalement dépourvus de nicotine).
Afin d'être certaine de leur composition, Pharmanath vous propose exclusivement des liquides fabriqués en France, plusieurs saveurs sont disponibles et, pour chacune d'elles, plusieurs concentrations de nicotine existent (0mg/ml ; 6mg/ml ; 11mg/ml ; 16mg/ml ; 19.9mg/ml).
 
Bon à savoir : Bien qu'aucune étude scientifique n'ait réellement été effectuée sur le sujet il semble que la nicotine, lorsqu'elle est inhalée, est absorbée beaucoup plus rapidement par l'organisme. Ainsi, l'apport en nicotine par l'intermédiaire d'une e-cigarette est celui dont l'action sur l'organisme se rapproche le plus de celle procurée en fumant. En tant qu'apport nicotinique, elle se différencie ainsi par exemple du patch (qui apporte de la nicotine de manière permanente, ce qui ne correspond pas toujours aux habitudes du corps, plutôt accoutumé à des apports ponctuels successifs), ou encore des gommes à mâcher (pour lesquelles la durée entre la consommation et l'absorption de la nicotine par le corps est relativement longue).
 
Supports :   propylène glycol USP : plus de 75% Qu'est-ce que c'est ?
                   Glycérine végétale USP : moins de 19% Qu'est-ce que c'est ?
Substances arômatisantes :     arôme alimentaire : moins de 2%
Nicotine USP :  concentrations : 0mg/ml (sans nicotine), 6mg/ml, 11mg/ml,16mg/ml ou 19.9mg/ml
Alcool :  moins de 2%
Eau :  moins de 3%
 
Important : nos e-liquides ne contiennent ni diacétyle, ni ambrox, ni parabène. Ils ne contiennent pas non-plus les composants suivants : ingrédients ionisés, dérivés du maïs, OGM ou dérivés d'OGM, céréales et dérivés contenant du gluten, soja et dérivés, crustacés, mollusques, poissons et dérivés, oeufs, lait et dérivés, fruits à coque et dérivés, graines de sésame, lupin et dérivés, sulfites, céleris et dérivés, moutarde et dérivés, arachides et dérivés.
 
Utilisation de nos cigarettes électroniques :
Même si son influence sur l'addiction à la cigarette est moindre que celle exercée par la nicotine, on ne peut dissocier le geste de la dépendance à la cigarette.
Nous avons selectionné nos modèles de e-cigarettes pour leur qualité plutôt que pour une éventuelle similarité avec les cigarettes "classiques". Contrairement à ces dernières, maintenues par la plupart des fumeurs entre l'index et le majeur, les modèles que nous vous proposons se tiennent entre le pouce et l'index (ce dernier appuyant sur le bouton -marche/arrêt- afin de libérer la vapeur).
Même s'il éprouve des sensations quasi-similaires et apporte à son organisme la quantité de nicotine que lui réclame son organisme, un fumeur désirant tester l'e-cigarette se verra contraint de modifier, voire momentannément de perdre, ses habitudes car il ne pourra plus satisfaire à la partie gestuelle de son addiction.
 
L'addiction à la e-cigarette :
La cigarette électronique est tout autant addictive que la cigarette classique. Son apport en nicotine (dès lors que les e-liquides utilisés en contiennent), la répétitivité de la gestuelle qui devient une habitude ainsi que les moments de convivialité auxquels elle peut à terme être associée sont autant d'ingrédients qui conduisent rapidement ses utilisateurs à en devenir dépendants.
Tout comme les fumeurs, les "vapoteurs" vont développer une dépendance à la nicotine. Celle-ci fait ressentir ses effets sur une zone du cerveau associée au plaisir et à la gratification, et ce, quelques secondes après avoir tiré la première bouffée.
Le "vapoteur" ressent alors une agréable sensation de détente et de satisfaction. Le cerveau en demande rapidement davantage et développe alors le besoin d'une dose régulière de nicotine qui le satisfera.
Une fois développés, ces "récepteurs" de nicotine ne disparaîtront jamais. Un éventuel sevrage consisterait à apprendre à ne plus répondre aux sollicitations qu'ils génèrent au niveau du cerveau, à les "endormir" en quelque sorte.
Comme le fumeur, l'alcoolique ou tout autre personne souffrant de dépendance, une fois son sevrage terminé, le "vapoteur" sera contraint de ne plus absorber une seule bouffée de vapeur. En effet, une seule e-cigarette suffira à réveiller dans le cerveau un besoin en nicotine qui sera égal (en nombre de bouffées quotidiennes) à celui qu'il connaissait avant l'arrêt de la e-cigarette.
 
Sevrage :
Le "vapoteur" rencontrera, s'il souhaite arrêter d'utiliser son e-cigarette, les mêmes difficultés qu'un fumeur à y parvenir, à une petite différence près cependant ....
La "chance" du vapoteur réside dans le choix qui lui est proposé de déterminer la concentration en nicotine de son e-liquide, de pouvoir progressivement le réduire et d'habituer progressivement son organisme à recevoir une quantité de nicotine moindre (sous réserve de ne pas, dans le même temps, accroître l'utilisation qu'il fait de l'e-cigarette).
Pour le reste, comme c'est le cas pour toutes les addictions, seul un minimum de volonté (utilisation moindre de l'e-cigarette, par exemple) pourra lui permettre de parvenir à ses fins.
 
Bon à savoir : Lorsqu'elle est chauffée, la glycérine contenue dans les liquides pour cigarettes électroniques procure un goût légèrement sucré et à la longue un peu écoeurant à la vapeur que vous absorbez. Considéré comme un inconvénient, ce phénomène peut représenter un atout pour ceux qui souhaitent espacer leurs moments de "vapotage".
L'usage de la cigarette électronique suscite de nombreuses controverses, qu'en est-il réellement ?
La cigarette électronique existe depuis plus de dix ans, durant cette période aucune étude scientifique sérieuse n'a été menée ayant pour but de déterminer les conséquences éventuelles de son utilisation pour la santé. Dans le même temps, aucun effet secondaire indésirable pour ses utilisateurs n'a été constaté au niveau médical.
 
Quels seraient les risques ?
  • Risques liés à la nicotine : La nicotine est une substance toxique lorsqu'elle est ingérée et irritante en cas de contact avec la peau et les muqueuses. L'Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des produits de santé (ANSM, anciennement Afssaps) ne saurait donc évidemment en valider l'utilisation (ni dans les cigarettes, ni dans quelqu'autre produit). La nicotine est addictive, ce n'est un secret pour aucun fumeur, aucun "vapoteur". Ce dernier pourra cependant plus aisément, par le choix de la concentration nicotinique de son e-liquide, contrôler la quantité de nicotine absorbée par son organisme pour le même nombre de bouffées avalées.
  • Risques liés au propylène glycol USP : le propylène glycol, bien connu et largement utilisé depuis plusieurs décennie dans les industries alimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques est étudié depuis longtemps par les scientifiques qui ont toujours mis en avant son innocuité, réfrigéré, à température ambiante ou chauffé. Toutefois, son absorption par l'organisme par inhalation sous forme de vapeur n'a jamais été étudiée par conséquent son innocuité dans l'utilisation des e-liquide n'est pas prouvée.
  • Risques liés à la glycérine végétale USP : Elaborée à partir d'huiles issues de plantes et paraissant parfaitement inoffensive, c'est pourtant elle qui soulève le plus de questions. En effet, bien que parfaitement absorbée et éliminée par l'organisme elle peut, si on l'amène à haute température (au delà de 150°C), générer des molécules potentiellement nocives pour la santé. Le risque serait donc que le liquide, lorsqu'il est chauffé pour se transformer en vapeur, dépasse cette température fatidique. Les fabricants de e-cigarettes indiquent que la température atteinte par la tête de l'atomiseur n'excède pas 70°C, soit moins de la moitié du maximum au delà duquel la glycérine pourrait devenir nocive.
  • Rappel : l'image ci-contre vous permet néanmoins de vous souvenir, à titre comparatif de ce que contient la fumée de cigarette, qui pour sa part a été largement étudiée et dont les effets secondaires et les conséquences pour l'organisme sont pour leur part avérés et indiscutables.
 
 
Qu'est-ce que c'est ?
Le propylène glycol USP : Le propylène glycol est un produit chimique fait par la réaction de l'oxyde de propylène avec de l'eau. Pendant des décennies le propylène glycol a eu une réputation non surpassée pour l'usage sûr dans un éventail de produits de consommation, y compris des produits alimentaires, alimentation des animaux, produits de beauté et pharmaceutiques, aussi bien que des applications industrielles.
La production de propylène glycol est surveillé dans tout le processus de fabrication jusqu'au point de livraison. Un niveau élevé de qualité du produit, et conformité aux états d'hygiène rigoureux, qualifie le propylène glycol USP/EP (catégorie pharmaceutique) pour l'usage dans des applications santé.
Les autorités confirment la sûreté du propylène glycol. Plusieurs autorités internationales ont étudié la sûreté du propylène glycol. L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et le centre canadien pour des santés et sécurité professionnelles, ont édité les évaluations des risques qui indiquent la toxicité très basse du propylène glycol. Si le propylène glycol est employé dans des applications de pharmaceutiques, des caractéristiques strictes pour la qualité comme présentée dans la pharmacopée européenne, doivent être suivies. Les autorités européennes responsables de la santé du consommateur ont approuvé l'utilisation du propylène glycol avec la nourriture : en contact direct de nourriture (Directive 95/2/EC et amendements) comme additif E1520 ; en contact indirect de nourriture (Directive 2002/72/EC et amendements) concernant les matières plastiques et les articles ont prévu pour entrer en contact.
Dans le corps humain, le propylène glycol est rapidement métabolisé et excrété. Sa voie métabolique est comparable à celle du sucre : le propylène glycol est rapidement converti en acide lactique, d'une façon semblable en ce qui se produit avec du sucre (énergie) dans les muscles pendant le sport, le propylène glycol est, donc, naturellement présent dans notre corps. Il est excrété par l'intermédiaire de l'urine.
Dans l'environnement, les essais ont prouvé que le propylène glycol est aisément biodégradable. Les études prouvent que le propylène glycol a un degré de toxicité très bas. D'un point de vue toxicologique, l'alcool est plus toxique que le même montant de propylène glycol.
La Glycérine végétale USP : Il s'agit de glycérine fabriquée à partir de plantes, USP certifie une qualité pharmaceutique.
L'addition de glycérine permet au mélange d'être plus "gras", moins irritant. C'est cette glycérine végétale qui est responsable du goût légèrement "sucré" de la vapeur émise par la cigarette électronique.
 
Vente interdite aux mineurs, utilisation déconseillée aux femmes enceintes ou qui allaitent. Les personnes souffrant de problèmes cardio-vasculaires devraient préférer des e-liquides dépourvus de nicotine. Pour toute pathologie particulière, merci de vous référer au conseil de votre médecin traitant. La législation interdit la promotion de la cigarette électronique en tant que méthode de sevrage tabagique. Un surdosage de nicotine peut être dangeureux, nous déclinons toute responsabilité liée à une consommation "excessive" du produit, cette dernière demeurant sous l'entière responsabilité de l'utilisateur qui reconnaît par toute commander utiliser ce produit et ses dérivés sous son entière responsabilité. Il en est de même pour les produits dont les éventuels effets secondaires liés l'absorption par inhalation n'ont pas été scientifiquement étudiés à ce jour (composants des e-liquides). Les photos des produits ne sont pas contractuelles.

 

Bandeau de droite